RANDONNÉE PÉDESTRE : AUX FRONTIÈRES DU PLAISIR ET DE L’HISTOIRE

RANDONNÉE PÉDESTRE

 

AUX FRONTIÈRES DU PLAISIR ET DE L’HISTOIRE

 

20161015 82551

 

Ce samedi 15 octobre 2016, l’association « Aokas Sports & loisirs » a organisé une randonnée pédestre qui a mené les participants jusqu’à la frontière délimitant les wilayte de Béjaia et de Sétif. Vers huit heures du matin, 50 marcheurs issus de cinq communes de la wilaya de Béjaia (Souk El Ténine, Aokas, Tizi N’Berber, Béjaia et Féraoun) ont pris d’assaut les hauteurs de Ighil Ouis situées à 35 km du chef-lieu de daïra d’Aokas et perchée à 800 m d’altitude.

 

Le groupe composé de jeunes et de moins jeunes des deux sexes, le plus vieux étant un septuagénaire, sont transportés dans deux bus jusqu’à une route de forêt. Là, dans un mouvement de bonne humeur et au milieu des rires, les sacs à dos bien amarrés, les randonneurs se rangent en file indienne et entame la grimpette vers les nuages.

 

20161015 100143

 

Cette route forestière date de l’époque coloniale. Elle serpente dans la montagne sur plusieurs kilomètres. Ça et là, des voies de raccordement permettent l’accès aux habitations éparses qui ont proliféré depuis pour s’ériger aujourd’hui en villages.

Au fur et à mesure de la lente ascension, notre guide, hadj Zizi Zoubir, qui connaît la contrée comme sa poche, nous donne des détails historiques et anecdotiques sur toute la région. C’est ainsi que nos apprendrons que cette route encaissée relie le territoire de Béjaia à celui de Sétif et que, jadis, les marchands réunis en groupes empruntaient hebdomadairement pour se rendre dans les souks environnants.                                                           

Nous apprendrons que le premier chahid tombé au champ d’honneur le 15 décembre 1955 dans cette région était un jijélien. Au lendemain d’un raid de l’armée française au douar Tiboualamine, une petite bergère, Tassaadit, court annoncer à la population la découverte du corps recroquevillé et sans vie d’un moudjahid au lieudit Agni. C’est celui de Si Brahim. La dépouille est transportée dans la mosquée où les autorités coloniales viendront la photographier.

Le corps du chahid Si Brahim sera inhumé tel quel, avec sa tenue ensanglantée, dans le cimetière dénommé Tizamourine pour sa proximité avec les oliveraies qui l’entourent.  La sépulture du martyr, désignée par l’expression « Tombe de l’étranger », deviendra pour les femmes un lieu de pèlerinage…

 

20161015 103048

Plus loin, nous tombons sur les ruines d’une ancienne maison forestière dont l’architecture montre bien qu’elle fut une bâtisse importante. Si elles pouvaient parler, ces pierres raconteraient pas mal d’histoires survenues dans ces belles forêts montagneuses.

Autour de nous, la splendeur du paysage nous enveloppe agréablement. La nature semble nous sourire et nous dire : « Prenez soin de moi, et je serai toujours prête pour vous accueillir ». En effet, ici le visiteur est d’emblée frappé par la propreté exceptionnelle de ces lieux : point de détritus, point de sachets noirs, point de vestiges alimentaires ; tout y est beau et apaisant…

Nous traversons une rivière dont le doux ruissellement incite à la rêverie et dont la limpidité naturelle de l’eau laisse entrevoir au fond du cours d’eau des poissons et des galets.

Devant ce tableau irrésistible, les jeunes se ruent joyeusement vers l’oued pour se rafraîchir et prendre des photos avec leurs portables. Cet endroit magnifique suscite chez le groupe des plaisanteries déchainant des hilarités mémorables. L’un des randonneurs lance à tue-tête : « Merci, mon Dieu, de nous avoir donné ce beau pays ! », un autre ajoute : « Oui, mon Dieu, merci pour ce beau corps, mais nous te demandons de le doter d’une bonne tête pour le bonheur de toutes et de tous ! ».

Après trois heures de marche soutenue qui a fini par nous affamer, notre guide nous engage à une halte déjeuner dans un endroit boisé parsemé de roches pouvant servir de sièges. Le pique-nique se déroule dans une ambiance festive. Chacune et chacun propose à l’autre qui un fruit, qui un sandwich, qui une boisson. Et les appareils à photos n’en finissent pas d’immortaliser ces souvenirs champêtres.

20161015 115734

Nous voilà arrivés à la frontière sétifienne après un parcours de 12 kilomètres. Un petit pont relie les deux territoires de Béjaia et des Hauts-plateaux. Là, quelqu’un propose une démonstration ludique. Il entame l’entrée du pont en parlant en kabyle à haute voix, puis, arrivé au beau milieu de la passerelle, il change subitement de langue et s’exprime en arabe avec en prime l’accent sétifien comme s’il entrait par une porte virtuelle dans un monde parallèle. Applaudissement et grands éclats de rire de l’assistance.

Au retour, nous nous arrêtons à une source pérenne dont l’eau fraîche est incolore et inodore, certes, mais je vous jure qu’elle a une saveur contrairement aux affirmations scolaires, une saveur sans nulle autre pareille. Aucune boisson au monde ne peut rivaliser avec ce liquide nourricier qui rend la vie plus belle que belle !

À quelques encablures plus haut, en longeant un verger, nous sommes surpris par la présence de femmes qui nous saluent en nous proposant des grenades juteuses que nous acceptons évidemment avec un réel ravissement. C’est l’Algérie, quoi ! Comme on l’aime…

Enfin, vers 17 heures, épuisés mais heureux, le cœur enjoué et l’esprit satisfait, nous rejoignons les bus qui sont venus nous récupérer.

Protéger l’environnement, c’est préserver l’avenir de l’homme. C’est l’homme qui dit cela, c’est une chose, hélas ! c’est l’homme qui fait le contraire de la chose. Il travaille à sa propre destruction, et en le sachant, ce qui est pire encore.  L’Algérie est un beau pays. Il faut faire des randonnées pédestres pour s’en rendre réellement compte. La nature nous tend chaque jour ses bras, il suffit que nous lui tendions les nôtres pour lui montrer que nous l’aimons. Car, en la respectant, c’est la vie et l’homme que nous respectons.

Lem

 

 

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.