QUAND L'ARBITRE RAGE...

 

Quand l’arbitre rage

index-2.jpg

Voici un sujet autour duquel gravitent des milliers de verbes, d’adjectifs et de compléments. Vous l’avez compris, il s’agit bien de nos hommes en noir qui broient du noir parce qu’on a fait d’eux des « cas phares ».

En effet, chaque semaine, le malheureux arbitre doit affronter les cris et l’écrit, l’aigri et « les gris ». C’est pourquoi, quand on se met à critiquer l’arbitrage, l’arbitre rage parce qu’il estime qu’on pense toujours aux règlements de compte sans prendre en compte les règlements. De plus, il ne faut pas oublier que l’arbitre supporte le grand poids du match avec seulement le petit pois qui se trouve dans le sifflet !

Pourtant, s’il siffle une faute, on le menace illico de lui couper le sifflet sans faute ! S’il distribue des avertissements, il récolte aussitôt des blâmes ! S’il donne un coup franc, il reçoit un coup au front…

Vraiment, on en fait voir de toutes les couleurs à cet homme en noir qu’on accuse de ne pas être tout à fait blanc.

Pour justifier leurs défaites, les équipes reprochent à l’arbitre de ne pas avoir vu toutes les fautes : on peut dire qu’il a bon dos l’homme auquel on a mis un bandeau ! Ce n’est pourtant pas lui qui tire au but, alors pourquoi lui tire-t-on obus ? Lui, n’est pas responsable de la tactique, seulement du « tic-tac ».

Oui, on utilise tous les mots pour charger l’arbitre de tous les maux ! Alors, comment voulez-vous qu’il ne réagisse pas contre ces « mots dits » ?

Il faut savoir que l’arbitre est censé diriger la partie, sans prendre parti, et dans le temps imparti. Or, à la fin de la partie, il est souvent pris à partie par certains « partis » qui ne tarissent pas de reparties, et le voilà encore reparti dans un embrouillamini, pas mini du tout, où c’est le seul qui en pâtit !

À ce moment là, l’arbitre a ras le bol, ras de la casquette du football et des fous de balle, des ordres et désordre, des chauvins pleins de chaud vin, des « entraine-heurts », de la presse qui presse, des supporteurs insupportables, des joueurs en tenue, sans aucune tenue ni retenue !
Néanmoins, malgré un nez en moins, chaque week-end l’arbitre accomplit sa tâche en acceptant les taches, fait son devoir en récoltant les mauvaises notes, siffle en sachant qu’il sera sifflé…

Rendons donc hommage à cet homme « peau cible » sans lequel il n’y aurait pas de match possible !

Rendons hommage à cet homme haut, net, juge de la partie sans jamais être juge et partie !

Rendons enfin hommage à cet homme, ce mal-aimé, en déclarant que c’est plutôt un mâle aimé !

Lem

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.